Calendrier des événements
   Septembre 2019 (0)
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            
Météo à Horezu
Aujourd'hui
Max.: 19°C
Min.: 4°C
Prix du petrol:

Le Complexe du Monastère de Hurezi – un monument de l’UNESCO

1692-1697, situé dans ROMANII DE JOS, un des villages dépendants de la ville de HOREZU

Dans la région de Horezu il y a la plus grande densité de bâtiments architecturaux uniques, d’une valeur inestimable, symboles du passé et du présent de cette région, représentée par des églises, des monastères et des ermitages. La plupart des monastères dans  le nord de l’Olténie se trouvent autour de la ville de Horezu, ayant comme centre le Monastère de Hurezi.

L’église "Sf. Împăraţi Constantin și Elena"

1690-1693 – située dans ROMANII DE JOS, un des villages dépendants de la ville de HOREZU

Le monastère de Hurezi, le plus important monastère fondé par le Voïvode martyr, Constantin Brâncoveanu (1688-1714), a été construit entre 1690 et 1693, la grande église du complexe étant consacrée le 8 Septembre 1693.

Considéré comme l’édifice le plus représentatif construit dans le style « Brâncoveanu» du pays, le monastère de Hurezi est, peut-être, le plus grand complexe monastique de Roumanie. Le complexe s’étend sur plus de 3 ha: il inclut le monastère, l’église-infirmerie, l’ermitage « Sfinţii Apostoli » et l’ermitage « Sfântul Ştefan », ainsi que l’église « Sfinţii Îngeri », également construite par l’un des abbés de la monastère, située au sud de l’enceinte du monastère. En 1993, le monastère de Hurezi a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Construite entre 1690 et 1693, sur un plan trilobé, l’église « Sfinţii Împăraţi Constantin şi mama sa Elena » (Saints Constantin et sa mère Hélène) développe le modèle de l’Église épiscopale du Monastère de Curtea de Argeş, dans le sens de formes plus allongées et en y ajoutant une véranda typique au style « Brâncoveanu », avec des arcades soutenues par dix colonnes de pierre, décorées avec des ornements caractéristiques pour la fin de la Renaissance. Des panneaux rectangulaires et des niches décoratives embellissent sa façade. L’encadrement de la porte d’entrée est en marbre sculpté, l’inscription incluant l’emblème de la Valachie et celui de la famille Cantacuzène. Manea, « chef des maçons », Istrate le charpentier et Vucaşin Caragea, tailleur de pierre, sont mentionnés en tant que bâtisseurs de l’édifice.

La peinture murale, d’une grande valeur et reconnue comme telle, a été l’œuvre des peintres grecs Constantinos et Ioan et des peintres roumains Andrei, Stan, Neagoe et Ioachim, étant réalisée entre les années 1692 et 1694. En outre des scènes religieuses représentées, dans le pronaos il y a une galerie de portraits des familles Brâncoveanu, Basarab et Cantacuzène. Elle commence avec le portrait de Datco de Brâncoveni, un boyard ayant vécu au début du 16e  siècle, avec Basarab III l’Ancien et le sénéchal Constantin Cantacuzène, culminant avec la peinture votive qui représente les membres de la famille Brâncoveanu contemporains avec le bâtiment de l’église.