Les Montagnes de Horezu

Calendrier des événements
   Juillet 2018 (0)
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
Météo à Horezu
Aujourd'hui
Max.: 28°C
Min.: 16°C
Prix du petrol:

Les Montagnes de Căpăţâna appartiennent aux Carpates Méridionales, plus précisément au groupe de montagnes entre les rivières Olt et Jiu. Ils se composent d’une file de crêtes hautes, longue d’environ 50 km, orientée d’ouest en est, avec des ramifications perpendiculaires plus courtes et plus escarpées vers le nord et plus longues et plus douces vers le sud. La plus grande partie du sommet est boisée, mais il y a aussi de vastes zones de clairières, qui ont favorisé la vie pastorale et la création d’un réseau dense de sentiers.

Composition géologique

 En fonction des formations prédominantes, les Montagnes de Căpăţâna peuvent être divisées en plusieurs secteurs distinctifs. Dans le secteur occidental (Olteţ-Horezu) et dans la zone alpine les formations prédominantes sont les cristallines autochtones, au-dessus desquels se trouvent les cristallines de la toile gétique. À part le granite, le granodiorite et les roches ignées profondes, il y a aussi des schistes sériciteux, des schistes chloriteux, de l’argile graphiteuse, des calcaires cristallins, et, rarement, du quartzite. Dans les secteurs central et oriental prédominent les roches de la toile gétique, représentées par le gneiss micacé avec des inclusions des bandes d’amphibolites, des micaschistes qui forment le cristallin de la série Lotru. La présence de feuilles de mica est caractéristique pour la région.

Dans la zone sud, le sommet Arnota – Buila-Vânturariţa – Stogu, constitué de calcaire jurassique, crée une crête presque ininterrompue de plus de 14 km, avec des formes extrêmement variées et pittoresques. Dans la partie supérieure des Montagnes de Căpăţâna (Negovanu, Nedeia, Căpăţâna, Ursu) il y a des traces vagues de l’activité nivale. Une vallée haute bien profilée, avec un aspect de cirque, peut être remarquée sur le côté est du Sommet d’Ursu, et une autre, similaire, à côté de Turcinu Negovanului.

La faune

Dans les Montagnes de Căpăţâna, la faune est celle spécifique aux Carpates Méridionales. L’ours, le géant des Carpates, est présent dans toutes les forêts. Le chamois a été colonisé dans les Montagnes de Vânturariţa et de Narăţu. Les cerfs et les chevreuils ont trouvé une zone favorable, surtout dans les bassins des ruisseaux d’Olteţ, Roman, Olăneşti et Latoriţa. On peut aussi trouver d’autres espèces animales, telles que: le sanglier, le loup, la martre, le lièvre, l’écureuil etc. Parmi les espèces d’oiseaux on peut mentionner le grand coq de bruyère, le corbeau, le choucas des tours, la bergeronnette grise, l’aigle etc.

Les espèces de reptiles sont communes dans ces montagnes: la vipère commune, moins la vipère à cornes, est présente dans les endroits cachés. Dans Buila-Vânturariţa, Stogşoare, Stogu, Narăţu, elle est plus fréquente. Les eaux courantes sont peuplées de poissons, et, souvent, les amoureux de la montagne vont à la pêche. La truite est commune dans les eaux claires des ruisseaux de Latoriţa, Olteţ, Romani et même dans les lacs d’accumulation. En aval peuvent être trouvées la barbotte, le nase, le chevesne. Dans le défilé de la rivière Olt peuvent être trouvés la carpe, le silure, le carassin et le barbeau.

 Le geai de montagne a des plumes épaisses et fines, d’un brun foncé, chaque plume ayant une tache blanche ovale. Il construit son nid à côté des troncs d’arbres. Le geai est omnivore, mangeant des graines, des insectes et de petits vertébrés. Le geai de montagne a un système ingénieux de préparation pour la saison froide, en accumulant des vivres; en automne, il rassemble de grandes quantités de noix de pin ou de noisettes, en les enterrant en divers endroits. Lorsque l’hiver arrive, le geai, ayant une mémoire étonnante, trouve la plupart des réserves, même sous la neige. Même s’il est très agile sur le sol ou sur des branches d’arbres, son vol est maladroit. Voilà pourquoi il évite les longues distances. Sa voix est stridente et il peut imiter d’autres oiseaux.

 Bien qu’il soit souvent considéré un serpent, l’orvet n’en est pas un. Il a un corps plus épais, et la forme de sa tête est différente. L’orvet est un lézard apode, ce qui lui permet de ramper plus facilement à travers la végétation et d’entrer dans de divers espaces étroits. En cas de danger, comme tout autre lézard, l’orvet perd sa queue, une chose que les serpents ne peuvent pas faire. Sa couleur brune et l’aspect lisse de son corps créent une impression de fragilité, d’où son nom latin, « fragilis ». Les mâles sont différents des femelles par une série de petits points bleus, souvent visibles sur leur dos. Le côté ventral, dans le cas des deux sexes, est gris. L’espèce est ovovivipare et les jeunes, habituellement nés en août, se nourrissent initialement de petites larves, et plus tard de toutes sortes d’arthropodes, des escargots, des vers de terre etc.

 Le lézard vert est un lézard magnifiquement coloré. Chez les mâles, le côté dorsal est jaune-verdâtre avec des points noirs, et le côté ventral est jaune vif. Pendant la saison de reproduction, la gorge du mâle est souvent d’un bleu vif. La couleur du lézard vert l’aide à se déguiser, sur le sol et dans les arbres, échappant ainsi aux prédateurs. Les femelles sont moins colorées, le côté dorsal étant vert, et sur chaque côté il y a une bande longitudinale plus claire. Le lézard vert se nourrit d’insectes, les araignées, les vers et les chenilles. Sa queue, qui représente près des deux tiers de la longueur de son corps, a un rôle important dans son mouvement, l’aidant à avancer plus vite. Pendant les mois d’hiver, le lézard vert hiberne dans des creux d’arbres ou dans des crevasses rocheuses. Ils se reproduisent pendant l’été.

 La Végétation

 Les Montagnes de Căpăţâna ont une végétation similaire à celle des Carpates Méridionales, étant caractérisées par de vastes clairières et des pâturages.

Au niveau alpin poussent la fétuque élevée, les cypéracées alpins et d’autres herbes, ainsi que la pivoine de montagne, le myrtille etc. (Nedeia, Funicel, Ursu, Văleanu). Au niveau subalpin pousse le nard raide, et les arbustes sont dominés par le pin de montagne, l’aulne vert et le genévrier.

Sur les pentes sud, la forêt d’épinettes représente généralement une bande étroite à la limite supérieure de la forêt (altitude de 1700-1800 m). Cette bande est plus grande sur les pentes du nord, étant encore plus large à l’origine des vallées Repedea et Malaia et sur les Montagnes de Zmeuretu, Târnovu, Negovanu. Au niveau inférieur, la forêt de hêtres, parfois mélangés avec des arbres résineux, occupe des zones importantes. Mis à part le hêtre, avec des arbres imposants (Stogu, Buila, Târnovu, Roman), les autres espèces végétales sont l’orme de montagne, le frêne et le charme. Aux altitudes moins hautes poussent le rouvre, les myrtilles et les framboisiers, communs sur toutes les montagnes, d’Olăneşti jusqu’au Olteț. La flore la plus riche peut être trouvée dans la zone des Montagnes de Narăţu et Buila-Vânturariţa, où la gentiane et l’edelweiss poussent aux côtés de nombreuses autres espèces végétales.

La pivoine de montagne est une plante spécifique à la région des Balkans, poussant spontanément dans la zone alpine sous la forme de petits arbustes. Elle a besoin de conditions climatiques et des relief particulières, ce qui explique pourquoi elle ne peut pas être déplacée et cultivée dans les jardins. Elle a de longues tiges avec des feuilles groupées à leurs extrémités, dures et persistantes. Ses fleurs sont très belles, ayant un parfum et une arôme similaires aux griottes. Elle fleurit habituellement à la fin de juin et au début de juillet. Étant une plante rare, elle est protégée en Roumanie, étant interdit de la cueillir. C’est une plante pérenne et ses feuilles restent vertes toute l’année. Ses fleurs, tout comme les pétales de rose, sont utilisés pour le sirop, la confiture et le thé médicinal.

 Le cornouiller est un arbuste haut de 5 à 12 m, ayant l’écorce brun foncé et les rameaux verdâtres. Le fruit est rouge, allongé et avec un noyau. Ils sont comestibles et ont un goût astringent quand ils sont frais. Voilà pourquoi ils sont utilisés plutôt en forme cuisinée, ayant une saveur acide, décrite comme un mélange entre les canneberges et les griottes. Ils sont principalement utilisés pour la confiture et la sauce, étant bouillis avec du sucre et des oranges. Ils sont aussi très savoureux en forme séchée. Dans notre pays, ils sont aussi utilisés pour de l’eau de vie de cornouiller, une boisson alcoolisée obtenue par la fermentation avec du sucre et de l’alcool. L’écorce de cet arbre est utilisée pour de la teinture, et ses feuilles sont une source de tanin.

 Le myrtille est un petit arbuste branchu, avec une tige verte et les branches angulaires. Il pousse dans les régions alpines, surtout sur les versants ombragés et humides, dans les forêts de conifères, sur les prairies alpines, sur des terrains rocheux et sur des sols siliceux.

Le fruit est appelée myrtille et il est d’un bleu foncé, d’une forme ronde, avec un jus violacé et un goût agréable, aigre-doux.

Les feuilles du myrtille contiennent: des tanins, de l’arbutine, de l’hydroquinone, de la myrtilline, des sucres, de la provitamine A, de la vitamine C, des acides organiques (l’acide citrique, l’acide malique, l’acide oxalique, l’acide succinique, l’acide lactique). Voilà pourquoi du myrtille sont recueillies les fruits et les feuilles. Les feuilles et les branches sont cueillis pendant l’été, jusqu’à l’automne, de mai à septembre, ensuite étant séchés à l’ombre, dans des endroits bien aérés. Les fruits sont récoltés lorsqu’il sont mûrs, entre juillet et septembre, étant utilisés soit frais ou secs. A cause du tanin, les feuilles et les fruits ont des qualités astringentes. Les feuilles peuvent être utilisées pour des infusions ou des décoctions, et le fruit pour le jus ou pour des décoctions. Les myrtilles sont également utilisés pour de l’eau de vie de myrtille ou pour tous les types de sucreries.

Les formes de relief

La crête principale des Montagnes de Căpăţâna traverse le « Cârligul Mare » de la rivière Olt par le Sommet de Foarfeca Narățului (831 m) et elle continue, très accidentée, avec le Sommet de Narățu (1,509 m), jusqu’à la dépression boisée « La Mocirle » (1,045 m). Après contournant la source Valea lui Stan (1,491 m), la crête s’élève à nouveau vers l’ouest; le Sommet de Stan (1,491 m), Folea (1,647 m), Zmeuretu (1,979 m), Văleanu (1,847 m), Ursu (2,124 m), Căpățâna (2,094 m), Beloaia (2,039 m), Nedeia (2,130 m), Negoveanu (2,064 m), Bou (1,908 m). De là, elle descend dans le ravin de l’Olteț, à 1,615 m. Sur le versant sud, les sommets sont plus longs, le plus connu et le plus attrayant étant le Sommet de Govora – Lespezi – Buila-Vânturarița. Les rochers, d’un blanc éclatant, se dévoilent de la forêt d’épicéas, et la crête devient une succession de formes merveilleuses, dominant par sa grandeur l’ensemble du paysage. Une autre crête importante, vers le sud, est Piatra Roșie – Roman – plateau de Vaideeni, où une série d’itinéraires touristiques entrent dans la zone centrale des Montagnes de Căpățâna.

Le climat

L’influence du climat plus doux de l’Olténie peut se faire sentir dans les montagnes de Căpăţâna, surtout sur les pentes sud. Les vents dominants soufflent du nord-ouest, parfois étant acheminés le long des vallées des rivières Lotru ou Olt.

La moyenne annuelle des précipitations atteint 1.200 mm, à une altitude d’environ 1400 m. La température moyenne en janvier est de -7° C, et en juillet de 12° C, à la même altitude moyenne. Les Montagnes de Căpăţâna ont six mois froids (novembre-avril) et six mois tempérées (mai-octobre). Dans les zones au-dessus de 1500 m, les chutes de neige se produisent au début du mois d’octobre et la neige fond en mai.

Abris

 Tenant compte du fait qu’il n’y a pas trop de chalets dans les Montagnes de Căpăţânii, le principal type d’hébergement durant les excursions sera sous la tente, de merveilleux terrains de camping naturels étant disponibles. Pour les touristes qui ne souhaitent pas camper dans une tente, il y a de nombreuses possibilités de trouver un abri. Au cours des 4-5 dernières années, dans la région du Sommet de Roman (Bolca, Piscul lui Țigan, Ludeasa, Pietriceaua, Piatra Roșie et Marginea), la communauté de propriétaires fonciers de Horezu, le propriétaire de cette terre, a vendu par lots plus de 1000 parcelles de terrain de 1000 m² chacune, sous-contractées par des contrats de superficie, pour la construction de maisons de vacances. Aujourd’hui, plus de 60 unités d’hébergement et de loisirs, avec plus de 250 lits, sont déjà disponibles.

Il ya quelques possibilités alternatives d’abri:

Du Sommet de Roman au Sommet de Ursu

  1. Le Chalet au Sommet d’Ursu (Romanu) (altitude de 1650 m), situé sur le versant ouest de la Montagne de Piatra Roşie, peut loger, parfois, des groupes de 4-6 personnes;
  2. La bergerie Piatra Roșie (altitude de 1625 m), située sur le versant oriental de la Montagne de Piatra Roşie;
  3. L’abri Ursu;
  4. La bergerie Ursu;

Du Sommet de Văleanu au Sommet de Cocora

  1. La bergerie Cocora
  2. La bergerie Barcaciu
  3. Le Chalet Văleanu
  4. La bergerie Văleanu

Du Sommet de Văleanu au Sommet de Zmeuret

  1. La bergerie Rodeanu
  2. La bergerie Zmeuret
  3. La bergerie Zănoaga

Routes touristiques partant de Horezu

Route Touristique No. 1

La ville de Horezu/Rue d’Olari – Village de Tănăsești – Măgura Dobrii – Sommet d’Urșani – Monastère de Roman – Sommet de Roman – Montagne de Piatra Roșie – Sommet d’Ursu (jonction avec l’itinéraire suivant la crête des Montagnes Parâng-Căpățâna)

Durée: A pied:.................. 5 heures jusqu’au Monastère de Romani et environ 7 heures jusqu’à la crête principale des Montagnes de Căpăţâna.

Point de départ: ................. La ville de Horezu/Rue d’Olari

Point d’arrivée: ................. Le Monastère de Roman ou la crête des Montagnes de Căpățâna

Abris: ................................ Le Monastère de Roman, les bergeries dans les Montagnes de Marginea et Piatra Roșie

Longueur: .......................... 21 km

Difficulté: ........................... Moyenne

Itinéraire de jonction: ....... L’itinéraire suivant les crêtes des Montagnes de Parâng-Căpățâna et l’itinéraire commençant à la ravine de Piatra Roșie – Groapa Mălăii – Ciungetu

Accès: ................................ Accessible pendant la belle saison: mai-octobre

 

Route Touristique no. 2

La ville de Horezu/Village de Romanii de Jos – Village de Romanii de Sus – Valea Lungă – Bolca – Monastère de Roman (jonction avec la Route Touristique No. 1) – Le Sommet de Roman – Le Chalet Piatra Roșie 

Durée: A pied : .................. 4 heures jusqu’au Chalet Romani, environ 6 heures jusqu’à la crête principale des Montagnes de Căpăţânii

Point de départ: ................... Le Village de Romanii de Jos

Point d’arrivée: .................. Le Monastère de Roman ou la crête des Montagnes de Căpățânii Abris: .................................. Les maisons de vacances sur la route, le Chalet de Roman, les bergeries dans les Montagnes de Bolca, Pietriceaua, Ludeasa, Piatra Roșie, le Monastère au Sommet de Roman.

Longueur: ........................... 18 km

Difficulté: ............................ Moyenne

Itinéraire de jonction: ......... L’itinéraire suivant la crête des Montagnes de Căpățânii

Accès: .................................. Toute l’année

Cette route, commençant par la visite du Monastère de Hurezi et aboutissant au Chalet Piatra Roşie, vous conduira à travers des endroits très beaux et intéressants.

Le parcours est facile, 3/4 de sa longueur coïncidant avec une route communale, le transport par voiture étant, par conséquent, possible sur toute la route.

Le Monastère de Hurezi peut être atteint en empruntant DJ 669, dérivant de DN 67 Rm. Vâlcea-Tg. Jiu (au km 40), sur une longueur d’environ 5 km. En partant à pied de la ville de Horezu, en entrant sur DJ 669 (au km 2), après avoir traversé le ruisseau de Luncăvecior, la route continue sur les rues Constantin Brâncoveanu et Romani, et après approximativement 2,5 km, vous atteindrez le village de Romanii de Jos. À l’extrémité nord du village se trouve le célèbre lieu de culte, monument historique et architectural inscrit sur la Liste du Patrimoine Mondial de l’UNESCO en 1993.

Prenant comme point de départ le monastère sur la rive gauche du ruisseau de Romani, la route continue pour 2,8 km sur DC 147 A Romanii de Jos-Romanii de Sus, ensuite continuant sur Valea Lungă.

En suivant la vallée de la rivière, sur la rive gauche, sous Seciul Romanilor (Est) et ensuite traversant la clairière de Ştevioara (Ouest), la route traverse de plus en plus souvent le ruisseau de Lunga, la pente devient plus abrupte, pour finalement atteindre la selle de Lunga. La route monte sur le versant oriental du Piscul lui Ţigan, à gauche il y a la clairière de Stoicu et la crête de la montagne, fortement boisée et abrupte. À l’altitude de 1.350 m, la route atteint la vallée supérieure de Pleşa, avance encore 2 km vers le nord-ouest et va en direction de Bolca (1.400 m de haut), puis monte parmi les maisons de vacances vers la Montagne de Pietriceaua (1.650 m de haut) ou à droite vers la Montagne de Ludeasa. L’itinéraire continue sur la pente, où il ya d’autres maisons de vacances, jusqu’à atteindre le Sommet de Roman, un grand point de jonction des crêtes, vers Marginea, Ursu, Piatra Roşie.

Au sommet il y a un beau monastère, dont la construction a commencé il y a quelques années, et dont la consécration a eu lieu en 2014.

L’itinéraire peut être aussi parcouru en voiture, la plus grande partie de la route ayant été modernisée.