La culture populaire

Calendrier des événements
   Septembre 2019 (0)
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            
Météo à Horezu
Aujourd'hui
Max.: 19°C
Min.: 4°C
Prix du petrol:

L’objectif de la ville de Horezu est la valorisation, du point de vue du tourisme, mais aussi du point de vue du développement durable, du patrimoine culturel, historique, traditionnel et naturel, matériel et immatériel d’une zone représentative de l’Olténie et de la Roumanie. La concentration de monuments historiques et culturels, le plus extraordinaire étant le monastère de Hurezi – un monument de l’UNESCO – la multitude de métiers traditionnels représentatifs pour la région, avec une composante artistique unanimement reconnue, tant par les spécialistes roumains et étrangers que par le public avisé (la poterie de Hurez, les sculptures sur bois, les tissus), les manifestations religieuses, traditionnelles, pastorales locales, de véritables rampes de lancement pour les troupes folkloriques de la partie nord-ouest du département de Vâlcea et pour les chanteurs de folklore de la partie nord des départements de Vâlcea et de Gorj, sont autant d’éléments d’une Destination Touristique d’Excellence, sélectionnée dans le cadre du projet-pilote de 2008 par la Commission Européenne, conjointement avec les autres Destinations Européennes d’Excellence (une pour chaque pays participant) lors d’un événement bénéficiant d’une large couverture médiatique, à Bordeaux, en Septembre 2008.

Horezu est une région où la plupart des traditions ont survécu, en dépit de l’ascendant de la mondialisation sur l’identité nationale/locale. Les formes les plus authentiques et les plus spectaculaires de la culture roumaine continuent à se manifester dans cette région tout comme il y a des décennies. Du point de vue ethno-folklorique, Horezu représente l’une des 7 régions du département ethno-folklorique de Vâlcea. Cette distinction a été créée en 1974 par le Centre pour la Création Populaire du Département de Vâlcea.

L’évolution de la culture traditionnelle dans la localité de Horezu et dans la région qu’elle représente réside dans la réunion des constantes structurelles dérivées de l’histoire avec les mutations déterminées par les manifestations qui définissent un patrimoine vivant, dynamique, où les modèles traditionnels sont mis à jour dans des hypostases concrètes. Les principaux piliers qui définissent la culture traditionnelle sont: l’architecture, la céramique, les costumes populaires et les tissus, le folklore.

L’architecture traditionnelle de la région fait partie du style caractérisant le département de Vâlcea, sans avoir des éléments particulièrement originaux. Elle inclut des maisons de paysans, des maisons fortifiées des boyards, des monastères, et comme un élément d’individualisation nous mentionnons le pavillon, qui permet l’intervention originale des artisans.

L’art de la sculpture sur bois est bien représenté dans Horezu, les villages Romanii de Sus et Urşani étant reconnus comme d’importants espaces de création artistique traditionnelle dans le département de Vâlcea. Les artisans populaires de Horezu produisent de divers objets, d’éléments de mobilier à des outils de travail, des ustensiles de ménage et des éléments qui complètent de façon originale l’architecture traditionnelle locale, si l’on analysait les piliers de bois magnifiquement sculpté des maisons locales. Parmi ceux-ci, les plus remarquables sont les meubles décorés de sculptures originales. Cet artisanat traditionnel a conduit à l’affirmation d’un véritable artiste du genre, Jean Dumitrescu. Une pièce intéressante de mobilier, avec une valeur traditionnelle forte, liée aux événements spéciaux de la vie quotidienne dans le village roumain, est le fameux coffre dotal. Ce type d’éléments de mobilier, autrefois créés par les artisans du village Romanii de Sus, se sont fait remarquer par  la diversité des ornements géométriques ou végétaux qui augmentent leur attractivité. Un attrait particulier parmi les objets traditionnels en bois sculpté sont les flûtes du berger. Un art traditionnel toujours présent dans les zones pastorales, la fabrication des flûtes du berger est pratiquée à Horezu, aussi, surtout dans le village d’Urşani, où les artisans Constantin Antonie et Nicolae Bem se sont fait remarquer.

Le tissage, un métier apprécié comme une nécessité du village roumain dans toutes les périodes historiques, atteint de nouvelles dimensions dans la région de Horezu au moment de la fondation de Brâncoveanu à Romani. Ce métier met en évidence de plus en plus des valences artistiques. Les fameux tapis tissés à Horezu, ayant des motifs végétaux, zoomorphes et anthropomorphes, ont attiré l’attention des admirateurs de la beauté, de la tradition populaire et des spécialistes dans le domaine. Depuis le 19ème siècle, les tapis ornent l’intérieur des maisons des paysans.

Le domaine avec lequel la zone de Horezu s’identifie le plus est celui de la céramique. À côté du monastère de Horezu et des habitants, la poterie est le symbole de la localité. La renommée de la céramique de Horezu dans les premières décennies du 21ème siècle est une réalité, arrivée à ce niveau grâce aux efforts de la population locale, au passage du temps et au contexte qui l’a rendu de plus en plus célèbre.

Depuis les siècles 18e-19e, le village d’Olari s’est imposé comme un centre important de la céramique dans l’Olténie. Les auteurs de livres spécialisés, tels que Corina Mihăescu, qui cite Barbu Slătineanu, estiment que les potiers de Horezu ont développé leur activité grâce a l’impulsion représentée par les objets en céramique apportés de l’Orient par Constantin Brâncoveanu à sa résidence de Horezu. La construction du monastère de Horezu a déterminé le développement de l’art de la poterie afin de donner une meilleure réponse aux besoins de la cour du voïvode et à ceux des boyards de la région environnante.

On croit que l’ensemble du style « Brâncoveanu »  dans lequel le monastère a été construit a influencé les potiers. Avec le passage du temps, Horezu est devenu l’un des centres de poterie les plus importants de Roumanie, aujourd’hui sa renommée franchissant les frontières du pays.

Le voyage de l’argile de l’artisanat à l’art est une question complexe, et seuls les gens vraiment impliqués dans sa transformation connaissent en détail sa véritable dimension. L’argile utilisée par les potiers de Horezu provient de la colline d’Ulmet et, une fois arrivée dans la cour des potiers, elle subit plusieurs étapes de transformation: le découpage en gros morceaux ayant une forme semblable à un gâteau, le foulage aux pieds, le pétrissage, le mélange, la création de morceaux en fonction de la taille des objets désirés, le modelage à l’aide de la roue du potier et la transformation dans l’objet envisagé, l’aération, la perforation, la peinture, la décoration, le séchage, le brûlage, l’émaillage. L’aspect chromatique est un critère important, en fonction duquel la poterie de Horezu définit sa personnalité et son caractère unique dans le contexte de la poterie émaillée de Vâlcea. Les couleurs les plus fréquemment utilisées sont le blanc, le brun, le vert, le rouge brique et parfois le bleu et le jaune. La valeur de la chromatique des éléments décoratifs est étroitement liée à la chromatique du fond.

Les mains habiles des céramistes créent des objets en céramique de différentes formes et tailles: des plateaux, des bols, des cruches, des assiettes, des tasses, des vases. Les motifs centraux traditionnels peints sur la poterie de Horezu sont le coq, l’étoile, le soleil, la spirale, l’épi de blé, l’arbre de la vie, le poisson, la danse ronde. D’autres motifs sont les feuilles, les arbres, les vignes, les bourgeons, la feuille de chêne, le gland de chêne et tout un monde végétal qui occupe une place secondaire, étant généralement placé sur les extrémités. Du point de vue sémantique, les ornements représentent un système de signes graphiques qui correspondent à certains sens ou significations. Provenant d’anciennes croyances, les ornements perdent souvent leur sens initial, restant comme des simples décorations des objets en céramique. Pour les céramistes, le soleil signifie la vie et la joie, l’arbre de la vie signifie la perpétuité, la régénération, la victoire de la vie ou de la jeunesse sans fin et la vie éternelle, le serpent est le symbole de la fertilité, le poisson est le symbole du christianisme, de la paix et de la connexion avec le Christ. L’élément central, le coq, est considéré comme une horloge naturelle qui annonce la disparition de l’obscurité, et son chant fait connaître la victoire du soleil et de sa lumière sur la nuit et l’obscurité. Le coq est aussi un symbole de la renaissance et de l’immortalité de l’âme. Les points, les lignes, les cercles, les spirales, les carrés, les virgules sont de simples « prépositions »  géométriques qui créent le passage entre le motif principal et les motifs secondaires.

L’artisanat de la poterie a été élevé au rang d’art, grâce aux nombreux potiers dont les mains créent de véritables merveilles, admirées chaque année ou tous les jours, à la Foire de la Céramique Populaire Roumaine « Cocoşul de Horezu » et dans leurs propres ateliers accueillant des expositions personnelles. La poterie, comme une activité principale ou secondaire, est pratiquée dans des familles célèbres, telles que Vicşoreanu, Bâscu, Mischiu, Paloşi, Pietraru, Giubega, Frigură, Iorga, Popa, Ţambrea, Ştefănescu, etc. L’aspect le plus important de ces familles est qu’elles ont, en général, appris leur métier par la transmission d’une génération à l’autre, et qu’aujourd’hui la poterie représente une source importante de revenu pour la plupart d’entre elles. Il est intéressant de remarquer que les descendants de ces familles pratiquent ce métier avec beaucoup de passion et de dévouement. Tel est le cas de la famille Dumitru et Ioana Mischiu, dont les enfants, Mihaela et Nicoleta, ont formé une célèbre famille de potiers: Mihaela et Ionică Paloşi, Nicoleta et Laurenţiu Pietraru. Ioana Mischiu est la fille de Victor Gheorghiţă, un potier de Slătioara, et Dumitru Mischiu est le fils du potier du même nom de Horezu.

Victor et Eufrosina Vicşoreanu, la célèbre famille de céramistes, proviennent de familles de potiers, comme Gheorghe Vicşoreanu et Gheorghe Giubega. Ion Vicşoreanu a rendu la poterie de Horezu célèbre au-delà des frontières du pays, en France. Maria Frigură, la fille de Victor Vicşoreanu, est mariée à Ion Frigură, à son tour le fils d’un potier. Leurs enfants, Ionel, Viorel et Florin, sont eux aussi des céramistes. Et les exemples peuvent être multipliés, constituant un événement heureux pour la communauté de Horezu. Les potiers de Horezu sont connus dans tout le pays et à l’étranger.

Pour conclure, nous pouvons affirmer que le patrimoine culturel mobile et immobile de la région ethno-folklorique de Horezu reflète une culture populaire forte, qui combine les éléments caractéristiques de:

- La civilisation de l’argile – la poterie, avec des représentants importants de l’art de la céramique roumaine, gardant la tradition d’un métier qui traverse la frontière entre le fonctionnel et l’artistique;

- La civilisation du bois – des générations successives de sculpteurs sur bois, qui révèlent des formes et des motifs traditionnels, à la fois dans l’architecture locale et dans les éléments de mobilier, les ustensiles ménagers, les outils traditionnels;

- La civilisation pastorale – les traditionnels éleveurs de moutons et de vaches qui continuent à mener leurs troupeaux sur les pâturages des montagnes Căpăţânii.

La Galerie d’Art Populaire Contemporain de Horezu, couvrant une superficie de 370 mètres carrés, facilement accessible et équipée de façon adéquate, représente un véritable miroir de ces éléments du patrimoine.

On ne pourrait pas ignorer le folklore musical et chorégraphique, les « étoiles » du festival et des événements locaux (la Foire Traditionnelle « Izvorul Tămăduirii », à côté du monastère de Hurezi, La Foire de la Céramique Populaire Roumaine « Cocoşul de Hurez », sur le plateau Treapt, le Festival d’Hiver « Colindul Sfânt şi Bun » et « Les jours de la ville de Horezu »), mais aussi les veillées de la période d’automne-hiver, présentes sur une base permanente dans la vie de la communauté de Horezu. Le groupe folklorique « BRĂDULEŢUL » rassemble les jeunes passionnés et talentueux de la région et il a présenté avec succès, pendant plus de 30 ans, le folklore de l’Olténie du Nord lors des grandes manifestations culturelles, à la fois nationales et internationales, leur activité étant couronnée par de nombreux trophées et récompenses obtenus à des manifestations culturelles prestigieuses.