Cadre naturel - relief, hydrographie, climat

Calendrier des événements
   Novembre 2018 (0)
L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    
Météo à Horezu
Aujourd'hui
Max.: 3°C
Min.: -3°C
Prix du petrol: 5.60 ron/l

Relief

Le territoire administratif de la ville, d’une superficie d’environ 11 770 ha, se prolonge sur les pentes sud des montagnes Căpăţânii et sur la zone de la Dépression de Horezu, nommée d’après la principale localité sur son territoire.

La zone urbaine de la localité se situe dans la Dépression de Horezu, qui, dans un sens géographique, fait partie des sous-Carpates de l’Olténie, une unité structurelle bien individualisée du point de vue géomorphologique et hydrographique, bordée au sud par la colline de Slătioara et au nord par les pentes sud des Montagnes Căpăţânii. Cinq des six villages satellites sont du type étalé, situés dans les royaumes boisés pittoresques des extrémités sud de la zone montagneuse.

L’altitude de la zone habitée varie entre 468 m-750 m, et l’altitude du territoire administratif atteint jusqu’à 1.914,9 m sur le plus haut sommet des Montagnes Căpăţânii (le Massif Piscu Lung, vers l’est du Sommet Ursu). Donc, le paysage est disposé dans des marches d’altitude décroissantes, du nord (les pentes des montagnes Căpăţânii), au sud (la forêt au bord de la rivière de Luncavăţ).

L’aspect général du paysage, très pittoresque à travers sa structure morphologique et géologique, est un de dépression sous-montagneuse, entourée par des formes de relief plus élevés. La présence du massif calcaire de Buila-Vânturariţa, avec son altitude et son aspect spectaculaire, donne une sensation particulière au paysage général de la localité.

Hydrographie

Vue d’en haut, la ville de de Horezu montre une accumulation de routes et de cours d’eau. La ville est traversée d’est en ouest par les ruisseaux de Râmeşti, Luncăvecior et Luncavăţ, tous coulant du nord au sud, créant un paysage de forêt au bord de la rivière, avec des terrasses et des collines de type piémont. Le réseau hydrographique est riche et bien représenté, les cours d’eau sont permanents, sans avoir un grand volume d’eau. Les eaux de surface sont prédominants dans la zone de Horezu.

La rivière de Luncavăţ, un affluent de la rive droite de la rivière Olt, ayant sa source dans les montagnes Căpăţânii, est formé par la confluence des ruisseaux Cumpenelor et Blej, traversant le territoire de la ville de Horezu, où il reçoit par la rive gauche les affluents Urşani et Râmeşti. Il quitte la Dépression de Horezu en traversant la colline de Slătioara à son extrémité orientale. Le ruisseau de Romani résulte de la confluence des ruisseaux Bistricioara et Romani. Un affluent plus important par la rive droite du ruisseau Romani est le ruisseau Lunga. Le bassin de Bistriţa et de Gurgui est formé par les ruisseaux de Costeşti et de Horezu, recevant comme affluents par la rive orientale Cernele et Bistricioara à Romani et comme affluents par la rive occidentale Ponorul, Ludeasa et Pleaşa jusqu’à Romani, rencontrant Bistriţa à Tomşani. Le volume d’eau est beaucoup plus faible que le normal en raison des ouvrages de captage faits dans les années 60 et 70 afin d’alimenter le réservoir de la centrale hydroélectrique sur la rivière de Lotru.

Climat

La Dépression de Horezu est un endroit avec un climat tempéré, à l’abri du vent. Il y a une influence sous-méditerranéenne qui crée d’excellentes conditions pour les espèces aimant la chaleur. Le climat est continental tempéré, modéré, sans changements brusques de température et d’humidité, avec des étés frais, des automnes longs, des hivers doux, la température annuelle moyenne étant de 10,3° C. Les précipitations atteignent une moyenne annuelle de 87 mm/m². La plus grande quantité de précipitations est enregistrée en mai et en juin, ce dernier recevant la plus grande quantité de précipitations - 122 mm/m². La plus petite quantité de précipitations est généralement enregistrée en février - 42 mm/m². Pendant les mois d’automne (octobre-novembre), sous l’influence du mouvement des masses d’air humide venant de l’ouest, une deuxième augmentation du montant mensuel de précipitations par rapport aux mois d’été et d’hiver a lieu, constituant ce qu’on appelle deuxième maximum de précipitations d’automne, typique de la partie sud-ouest du pays. Des décharges électriques atmosphériques sont fréquentes pendant la saison chaude, étant plus intenses en mai et en septembre.